Etiquette énergie et labels

Etiquette énergie

Le diagnostic de performance énergetique (DPE) permet de créer l’étiquette énergie de la construction. Tout comme les lave-linge ou les téléviseurs, une habitation a aussi sa propre étiquette Energie, classée de A à G.

etiquette-energie-dpe
(par Christian Legeland – Wikipedia)

L’énergie consommée est toujours exprimé en Kwh/m²/an. Attention: ce ne sont pas des Kwh d’électricité, mais des kwh d’énergie primaire:

  • 1 kwh d’énergie produit par le chauffage au gaz aura nécessité à peu près 1.1 kwh de gaz (la matière première ayant servie à produire cette énergie). On considère donc qu’une chaudière au gaz a un rendement moyen de 90%.
  • 1 kwh d’électricité nécessite 2 à 3 kwh d’énergie primaire (c’est à dire 2 à 3 kwh de gaz, de fioul ou de charbon dans une centrale thermique, ou d’équivalent en uranium pour du nucléaire).

La production d’électricité consiste en de nombreuses transformations (chaleur, eau, vapeur, puis haute-tension, transport, basse-tension, pour finir en chaleur dans un radiateur chez vous), ce qui génère beaucoup de pertes de rendement qu’une chaudière au gaz n’a quasiment pas.
En utilisant de l’électricité, la consommation de matière première pour produire la même énergie utile (restituée chez vous) est plus importante, l’étiquette énergie pénalise avec raison le chauffage électrique.

Labels et niveaux de performances énergétiques

Les différents labels certifient des niveaux de performance énergétique: les moyens et les techniques mis en oeuvre pour atteindre ces niveaux de performance ne sont pas imposés et peuvent donc varier. Nous indiquons ici les techniques couramment utilisés pour des constructions certifiés par chaque labels.

  • Maison à énergie positive < 0 kwh/m²/an

    La maison à énergie positive est non seulement passive, mais surtout elle produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Elle dispose en général d’installations de production d’énergie: panneaux solaires et/ou mini-éoliennes.

  • Maison Passive (Passiv’haus – Minergie P) < 15 kwh/m²/an

    Les maisons passive ont pour objectif d’être presque autonome en énergie, et donc d’être très peu gourmandes. Elles n’ont quasiment pas besoin de chauffage.
    L’orientation au soleil est très optimisée, la récupération de chaleur se fait à tous les niveaux (puits canadien, vmc double-flux, chauffe-eau solaire, mur de brique réfractaire), l’isolation est très renforcée (triple vitrage, toiture avec 70 cm d’isolant, mur avec 30 cm d’isolant), et l’étanchéité à l’air est parfaite.
    Les performances sont impressionnantes : 1 ordinateur allumé 2h par jour suffit à maintenir 20° dans une chambre, par 0° dehors, sans autre chauffage.

    Ce mouvement a été initié il y a déjà quelques dizaines d’années en Suisse (Minergie-P), Allemagne (Passiv’haus), Autriche et dans les pays nordiques.
    Beaucoup de refuges de montagnes sont rénovées en passif.
    Cette norme sera probablement repris en tant que réglementation obligatoire pour toutes les constructions neuves, en 2020. (RT2020)

  • Maison BBC < 50 kwh/m²/an

    Le BBC, ou bâtiment basse consommation, devient la norme dans les nouvelles construction. Tout est fait pour consommer le moins possible, avec des coûts de construction qui restent maîtrisés: on trouvera très souvent du triple vitrage, de l’isolation extérieure, et une vmc double-flux.

  • Maison RT 2012 < 50 kwh/m²/an

    La réglementation thermique française de 2012 a repris les critères de performances du BBC.

  • Maison HQE

    Ce label a été crée dans les années 1990 pour indiquer une construction respectueuse de l’environnement (Haute Qualité Environnementale). Il prendre en compte l’ensemble des matériaux utilisés et leur cycle de vie, pour éviter toute pollution inutile lors de leur fabrication ou recyclage (l’énergie grise).
    Il n’y a pas véritablement d’objectif de consommation.

  • Maison THPE

    Le label THPE (Très Haute Performance Énergétique), label français, certifie une consommation 20% inférieure à la RT 2005. Le bâtiment doit intégrer au moins un appareil utilisant les énergies renouvelables : c’est très souvent un chauffe-eau électrique fonctionnant en partie avec une pompe à chaleur intégrée. C’est la solution la moins coûteuse pour bénéficier de ce label.

  • Maison RT 2005

    C’est juste une amélioration de 15% des performances thermiques par rapport à RT2000.

  • Avant 2000

    La RT2000 garantie une consommation d’énergie inférieure de 15% à la RT1988. Celle-ci n’a pas de valeur ni d’objectif de consommation d’énergie, mais des paramètres de confort: par exemple: après 5 jours de canicule, la maison ne doit pas dépasser 33°C.
    Ces constructions ont peu d’isolation: polystyrène sur les murs côté intérieur, et laine de verre dans les combles.

  • Avant les années 1990, 300 à 500 kwh

    La plus grosse partie du parc immobilier français a été construit entre 1960 et le début des années 1990: quasiment pas d’isolation, pas d’étanchéité, c’est ce qu’on appelle des passoires énergétiques (autant chauffer directement l’air extérieur).